A – LA MORPHOLOGIE DE L’OISEAU

A- La morphologie de l’oiseau

Les oiseaux ont à peu près tous la même structure osseuse, et les mêmes muscles, dont la taille varie selon l’espèce. Même s’ils sont dotés de plumes, certains n’ont jamais eu la capacité de voler.

 

Musculature de l’oiseau :

L’oiseau possède de nombreux muscles dont la majorité lui permet de voler.
Il possède également un ensemble de muscles qui a la capacité d’ajuster le mouvement des plumes de ses ailes.
Ceux lui permettant de voler se scindent en deux catégories, sont fixés au bréchet et sont nommés les muscles alaires :

– les muscles pectoraux : reliés à l’humérus à l’aide de tendons, ils servent à tirer l’aile vers le bas

– les muscles supracoracoïdes : rattachés au dessus de l’humérus, en se contractant permettent à l’aile de se déployer vers le haut.

muscle.jpg


Ossature de l’oiseau
 :

L’oiseau est doté d’une ossature solide et la plupart de ses os sont creux et ditsaérifères. Ils peuvent se remplir d’air lorsque l’oiseau respire et vole. De cette façon, il gagne en légèreté. Les oiseaux de type manchots ou autruches ont une ossature pleine, ce qui explique en partie leur incapacité à décoller et voler.
Même si les os sont creux, ils n’en sont pas moins robustes et ce, grâce à leurs cloisons internes qui renforcent le tout.

 

structure-os

 

L’ensemble des os de l’oiseau se compose des membres antérieurs et des membres postérieurs.

 

squelette-oiseau

 

Les membres antérieurs sont très similaires aux bras humains.
Ils sont pour la plupart soudés entre eux et sont utiles au déploiement des ailes, à la fixation du plumage ainsi qu’au changement de direction lors du vol.

 

image 2

Ossature de l’homme et de l’oiseau

 

Le plumage de l’oiseau :

Les ailes sont recouvertes de plumes, elles permettent entre autre de protéger les oiseaux des intempéries.
Mais leur fonction première est de les aider à voler. Selon leur disposition sur l’aile, elles ont toutes une utilité différente.
Elle sont regroupées en deux types :

– les pennes : ce sont les plumes les plus longues, elles regroupent les rémiges et les rectrices.
Les rémiges primaires assurent la poussée et les rémiges secondaires sont nécessaires à la portance de l’oiseau. Les rectrices servent de gouvernail à l’oiseau et lui permettent de changer de direction.

– les tectrices : ce sont les plumes insérées entre les rémiges qui permettent l’aérodynamisme.
L’alule ou rémiges bâtardes, quant à elle, est un ensemble de petites plumes fixé sur le « pouce » de l’oiseau servant à son équilibre notamment lors de l’atterissage.

 

Plumage de l’oiseau

 

En fonction de leur implantation, les plumes donnent des formes différentes aux ailes.
Ces profils sont d’une grande utilité dans l’aérodynamisme de l’animal.
Ces ailes sont distinguées en quatre catégories :

– ailes elliptiques : ce sont des ailes courtes et larges, elles permettent une bonne répartition de la poussée et un vol lent.

corbeau

Corbeau : oiseau aux ailes elliptiques

– ailes à grande vitesse : ce sont des ailes longues et étroites permettant de voler de manière rapide. Elles ne possèdent pas d’échancrure à leur extrémité. Les oiseaux possédant ce type d’ailes ont une faible portance donc doivent battre constamment des ailes.

 

martinet-noir.jpg

Martinet : oiseau aux ailes à grande vitesse

– ailes à grand allongement : ce sont des ailes plus longues que les ailes à grande vitesse, étroites et sans échancrure. Leur grande envergure permet le vol plané sans dépense d’énergie de l’oiseau.

goeland

Goéland : oiseau aux ailes à grand allongement

– ailes larges munies d’interstices : ce sont des ailes de longueur moyenne très échancrées. la largeur de l’aile réduit la charge alaire et améliore sa portance. Elles sont idéales pour le vol à voile car les turbulences sont réduites.

Aigle-royal.jpg

Aigle royal : oiseau aux ailes larges munies d’interstices

En fonction de sa taille, son poids et son mode de vie, l’oiseau dispose de différents types de vols.

– vol battu : vol régulier où l’air est poussé vers le bas et l’arrière ce qui permet l’avancée de l’oiseau.

– vol plané : vol sans battements d’ailes où l’oiseau utilise les courants aériens. L’animal peut tomber en chute libre avec un angle inférieur à 45°.

Les oiseaux sont une espèce animal qui a su trouver un moyen efficace de se déplacer sur de longues distances, en économisant son énergie et sur de longues durées.
Pour ce faire, ils ont développé certaines spécificités morphologiques et mécaniques.

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s